Centre d’expertise sur les traumatismes

Origine

Chêne qui a probablement subi de nombreuses tempêtes mais qui vit bien - symbole de l'activité du centre de compétence pour les traumatismes
Beaucoup de choses vécues et pourtant stable – notre objectif

Le centre de compétences en traumatologie pour la thérapie des enfants et des adolescents traumatisés a été créé en 2020 et a été reconnu en 2021 par la direction de la santé de Zurich en tant qu’institution médicale ambulatoire.

Le concept trouve son inspiration à ankerland.de à Hambourg, fondé par le Dr. med. Andreas Krüger, un thérapeute expérimenté dans ce domaine depuis plus de deux décennies.

En Suisse également, les enfants et les adolescents traumatisés souffrent d’un manque massif de soins, avec des conséquences à long terme pour les personnes concernées et leurs familles, ainsi que pour l’État sur le plan financier. Dans notre pays, l’OMS estime qu’un enfant par classe est touché.

Notre objectif est de répondre à ce besoin de manière rentable grâce à une offre ambulatoire intensive. Nous sommes des interlocuteurs pour le dépistage, la détection précoce et les interventions brèves, ainsi que pour les thérapies intensives à long terme et le suivi.

Domaines clés du centre de compétence sur les traumatismes

Nous clarifions toutes les maladies mentales de l’enfant et de l’adolescent. Les symptômes individuels sont connus de presque tous, le traitement n’est nécessaire que si cela devient gênant dans la vie. Souvent, nous voyons, et avons reçu nos patientes comme diagnostics :
(avec des descriptions d’exemples en langage courant)

Difficultés générales de l’enfance et de l’adolescence

  • Troubles de l’attention (hyperactivité) (ADS, ADHS)
    • par exemple, être absent, ne pas voir les choses, ne pas pouvoir rester en place
  • Troubles du spectre autistique
    • par exemple, avoir du mal à lire l’humeur des autres, ne pas vouloir de contact avec les autres, avoir besoin de tout planifier avec précision
  • Troubles anxieux
    • par exemple, avoir peur de beaucoup d’autres personnes, ou avoir une peur inexpliquée
  • troubles de l’humeur comme la dépression ou la manie
    • par exemple, sautes d’humeur inexpliquées, abattement prolongé ou surexcitation
  • Épilepsie
    • par exemple, des crises, des yeux qui se lèvent pendant une minute, ou encore des plus impressionnants
  • Dépendances à une substance ou à un comportement
    • par exemple, les jeux sur Internet, la nourriture, les substances à un point tel que d’autres ou d’autres personnes en souffrent dans leur vie
  • Difficultés scolaires
    • par exemple, le harcèlement, les difficultés d’apprentissage, l’incapacité à rester assis, l’absentéisme, les conflits.
  • Conflits en famille, à l’école ou au travail
    • Par exemple, les conflits qui ne peuvent pas être résolus, les relations avec les autres, les difficultés avec les camarades de classe ou les enseignants, les conflits sur le lieu de travail.
  • et bien sûr les troubles post-traumatiques
    • Par exemple, on peut suspecter une personne qui a vécu ou vit une situation difficile et qui n’arrive pas à dormir, qui a des pensées récurrentes, qui se réveille en sueur la nuit ou qui ne sent pas son corps – en particulier si vous avez déjà reçu un ou plusieurs des diagnostics ci-dessus.

Elles doivent être soigneusement examinées afin de pouvoir traiter correctement ou même réorienter.

Les troubles post-traumatiques comme activité principale du centre de compétence en traumatologie

Nous traitons les quatre troubles suivants, de plus en plus graves (selon la CIM-11, la liste de toutes les maladies), qui surviennent à la suite d’accidents psychologiques, ainsi que les troubles qui y sont souvent associés :

1. le trouble de stress post-traumatique (TSPT)

  • par exemple, avoir des souvenirs comme dans un film d’horreur après un événement grave, ou se réveiller la nuit en sueur

2. trouble de stress post-traumatique complexe (cPTSB)

  • comme 1, mais par exemple, confiance en soi détruite, désorganisation dans la vie quotidienne, pétage de plomb total

3. trouble dissociatif partiel de l’identité (pDIS)

  • comme 2, mais en plus, par exemple, ne pas sentir qu’une partie de son corps lui appartient, se sentir, penser et agir comme une autre personne, s’énerver et ne rien savoir, ne pas se reconnaître dans le miroir, l’environnement disparaît

4. trouble dissociatif de l’identité (TDI)

  • comme 3, mais pour cela être parfois une autre personne, et ne rien savoir de cela

De tels bébés, enfants et adolescents ont subi toutes les formes de violence ou de négligence, souvent pendant des années, et beaucoup n’ont jamais connu un état heureux. La thérapie doit reconstruire ce qui n’a jamais été expérimenté ou guérir ce qui a été détruit – avant tout la confiance dans son propre corps et dans les relations avec les autres.

Méthodes de traitement

Les méthodes utilisées ont beaucoup en commun, quelle que soit la spécialité. De même que l’âme a parfois été oubliée dans la médecine corporelle, le corps a souvent été oublié dans la psychothérapie.

Les méthodes suivantes, entre autres, sont utilisées et se concentrent sur différents domaines:

  • Analyse transactionnelle/Thérapie des schémas/Ego-States/PITT-KID
    • Pensées, idées, mots, images, sens
  • Gestalt-thérapie/thérapie intégrative
    • Sentiments
  • L’expérience somatique/la syntonisation avec les enfants/la transformation du cerveau basée sur l’expérience/la résilience et la régulation somatique :
    • Sensations corporelles
  • Thérapie systémique à court terme/thérapie familiale systémique/ »Ich schaff’s »(j’y arrive)/psychothérapie orientée vers la psychologie individuelle
    • Concentration sur les solutions, l’environnement, les relations avec d’autres personnes

Si nécessaire, nous travaillons de manière intégrée et impliquons l’environnement, comme la famille (de soins), les écoles, les employeurs, les cliniques et d’autres spécialistes.

Équipe de traitement du centre de compétence pour les traumatismes

  • Marc Heusser: Psychothérapeute et thérapeute des traumatismes
  • Fana Asefaw: Dr. med., spécialiste en psychiatrie et psychothérapie pour enfants et adolescents
  • Beat Eichl-Goetschel: Thérapeute de traumatisme, thérapeute de couple et de famille
  • Beat Kissling: Dr. phil., spécialiste en éducation, psychothérapeute, professeur d’université

Langues

Nous parlons allemand, anglais, espagnol, français et tigrinya.

Bon à savoir

Tous les membres du personnel du centre de compétence pour les traumatismes sont soumis au secret professionnel. Personne, pas même la police ou un tribunal, ne peut vous obliger à fournir des informations à des personnes extérieures.

Les médecins et les psychothérapeutes ne peuvent, en vertu de l’art. 15, al. 1, de la loi sur la santé publique, que constater des crimes ou des délits contre la vie et l’intégrité corporelle, la santé publique ou l’intégrité sexuelle. 3&4 du canton de Zurich aux autorités compétentes (police ou ministère public – mais pas l’APEA). Même cela, ils le feront, dans la mesure du possible, en accord avec le patient.

Urgence

Urgence avec réaction psychique et physique à des événements graves et aigus (psychologie d’urgence) :
Le mieux est de réserver en ligne le prochain rendez-vous au centre de compétence pour les traumatismes et de nous envoyer en outre un message via le formulaire de contact. Cela nous enverra un e-mail. Ou choisissez Téléphone 044 383 89 30

Urgences médicales dans le canton de Zurich : téléphone 0800 33 66 55 composer le numéro,
joignable 365 jours par an, 24 heures sur 24. Cela s’applique également aux urgences psychiatriques telles que la psychose aiguë (délires et actions correspondantes).

Danger de mort imminent : appelez le 144,
si possible le patient lui-même, mais aussi toute autre personne !